Facebook teste Sparked, une application de rencontre et de speed dating en vidéo

Il y a 1 mois 26

Facebook teste actuellement un nouveau service de speed dating qui permet aux utilisateurs de se rencontrer via un appel vidéo. La nouvelle application, appelée Sparked, propose de faire des "rencontres rapides par vidéo avec des personnes gentilles", selon la page d'accueil de l'application, qui ne semble pour le moment pas accessible depuis la France. Pour organiser un "date" virtuel, les utilisateurs n'auront pas besoin d'avoir un profil public ou de "swiper" parmi les différents profils, ni même de s'envoyer des messages.

L'application Sparked est gratuite, mais nécessite un compte Facebook pour s'en servir, comme le précise la page d'accueil. La journaliste Ashley Carman du site The Verge a été la première à parler de cette nouvelle application. Selon The Verge, qui s'est inscrit pour tester, l'application propose des rendez-vous vidéo d'une durée de quatre minutes. Si les deux utilisateurs passent un bon moment, ils peuvent programmer un second "date" de 10 minutes. Et si le deuxième rendez-vous se passe bien, les utilisateurs sont invités à discuter sur une autre plateforme, comme Instagram, iMessage ou par mail, selon les informations du media.

À lire aussi — Le service de rencontre Facebook Dating débarque en France

Avant de s'inscrire, les utilisateurs doivent accepter un ensemble de règles : être gentil, faire de l'application un espace sûr et se présenter à leurs rendez-vous. La gentillesse est mentionnée à plusieurs reprises au cours du processus d'inscription de Sparked, il y a notamment une étape à laquelle les utilisateurs doivent expliquer ce qui fait d'eux des gentils prétendants. Les réponses seront "examinées par un humain de Sparked" avant que les utilisateurs puissent avoir des "dates", rapporte The Verge.

Pendant l'inscription, l'application demande également aux potentiels utilisateurs s'ils sont intéressés par les femmes, les hommes, les personnes non binaires et/ou les personnes transgenres.

Une application encore en phase de test

Sparked a été créée par l'équipe NPE de Facebook — abréviation de New Product Experimentation — qui teste de nouveaux services indépendants pour Facebook. Après être venu à bout du processus d'inscription, The Verge a été placé sur liste d'attente, donc on ne sait pas si et quand l'application sera réellement lancée.

"Sparked est une expérience encore en phase préliminaire, testée par New Product Experimentation", a déclaré un porte-parole de Facebook à Insider. "Nous cherchons à explorer comment le speed dating basé sur la vidéo peut aider les gens à trouver l'amour en ligne. Il s'agit d'un petit test en version bêta, nous vous tiendrons au courant de comment cela évolue."

L'aspect speed dating par vidéo de Sparked ressemble un peu à Chatroulette, le site web de la fin des années 2000 qui faisait défiler aléatoirement des utilisateurs connectés par webcam. Sa popularité a explosé quelques mois après son lancement en 2009, mais le site a rapidement suscité des préoccupations concernant la nudité et les contenus explicites.

Facebook accélère sur le marché des applications de rencontre

Si les rencontres amoureuses par vidéo sont une nouveauté pour Facebook, ce ne serait pas la première incursion du géant des réseaux sociaux sur le marché des applications de rencontre. Facebook a lancé Facebook Dating en septembre 2019 aux États-Unis et à l'automne 2020 en France. Le service fait concurrence à des applications comme Hinge ou Bumble en permettant aux utilisateurs de créer un profil et de passer en revue leurs potentiels "matchs". Comme sur Hinge, les utilisateurs peuvent "aimer" les profils des autres et commenter leurs photos pour entamer une conversation.

Bien que Facebook Dating ne soit pas devenu aussi populaire que des rivaux comme Tinder, Facebook dispose d'un avantage clé sur le marché des rencontres : une base d'utilisateurs qui se compte en milliards, ce qui leur permet d'intégrer plus facilement leurs informations à leur profil sur l'application de rencontre.

Version originale : Avery Hartmans/Insider.

À lire aussi — Sur Tinder, les fonctionnalités payantes, c'est bon pour l'ego et ça rapporte gros

Lire la Suite de l'Article