Covid-19 : ce qu’il faut retenir des annonces de Jean Castex

Il y a 2 mois 57

La pandémie de Covid-19 en Francedossier

Chevron pointing left

Le département du Pas-de-Calais sera confiné le week-end à partir de samedi matin, a confirmé ce jeudi le Premier ministre, qui a également annoncé de nouvelles restrictions concernant les fermetures de centres commerciaux.

Annonces de Jean Castex à Paris, le 4 mars 2021. (Albert Facelly/Libération)

par Cassandre Leray et Olivier Monod

«Nous ne sommes pas confrontés à ce stade à une hausse exponentielle de l’épidémie comme certains modèles le prévoyaient», a annoncé ce jeudi soir le Premier ministre Jean Castex dans sa conférence de presse hebdomadaire sur la situation sanitaire. Néanmoins, il l’admet, nous sommes dans «une course contre la montre contre le virus». Progression du virus, nouvelles restrictions dans le Pas-de-Calais et dans les départements sous surveillance renforcée, bilan sur la stratégie vaccinale… Ce qu’il faut retenir des annonces de ce soir.

Le Pas-de-Calais confiné le week-end

Face à la recrudescence des cas de Covid-19 dans le Pas-de-Calais, le Premier ministre a confirmé que tout le département serait confiné du samedi 8 heures au dimanche 18 heures, une mesure déjà mise en place dans les Alpes-Maritimes et à Dunkerque (Nord). «L’incidence y est en effet en progression très rapide», à savoir de «23% au cours des sept derniers jours et dépasse dorénavant le seuil des 400 pour 100000, soit presque deux fois la moyenne nationale», explique le Premier ministre en pointant aussi la saturation des services de réanimation, «au plus haut de tous les départements français». Les centres commerciaux non alimentaires de plus de 5 000 m² devront également fermer dans le département.

Il s’agit du seul des départements en «vigilance renforcée» à connaître de telles mesures. Dans les autres, Jean Castex a annoncé la fermeture des grandes surfaces de plus de 10 000 m², l’extension de l’obligation du port du masque à toutes les zones urbaines et il laisse le droit au préfet d’interdire ou de restreindre l’accès à certains lieux de concentration de personnes, fustigeant les «images pas raisonnables» du week-end dernier, à Paris notamment.

Une situation préoccupante

La contamination chez les plus âgées continue de se réduire. Sur les deux dernières semaines, une baisse de 17,5 % chez les plus de 80 ans a été constatée. Jean Castex y voit les «effets de la vaccination». La situation reste tout de même préoccupante. Les établissements de santé sont encore soumis à une forte pression. Selon les dernières données de Santé publique France, 24 891 malades sont actuellement hospitalisés pour cause de Covid, soit 500 de moins qu’il y a une semaine, «mais cela reste un niveau très élevé», selon Jean Castex. Parmi ces malades, 3 633 malades sont hospitalisés en réanimation. Un chiffre qui reste quasiment stable, mais qui «montre que la pression ne se relâche pas et pèse énormément sur nos soignants», selon le Premier ministre.

Trois nouveaux départements en vigilance renforcée.

Jean Castex le rappelle : les chiffres nationaux dissimulent des situations très contrastées selon les territoires. Dans les 20 départements placés en «surveillance renforcée» la semaine dernière, le virus a continué de progresser, à l’exception des Bouches-du-Rhône et de la Moselle. Dans les autres, le niveau d’incidence dépasse le seuil des 250 cas pour 100 000 habitants et pour deux départements, il dépasse même le seuil des 400 (les Alpes maritimes et le Pas-de-Calais). Depuis la semaine dernière, trois nouveaux départements ont vu leur incidence grimper en flèche et ont rejoint la liste rouge. Il s’agit des Hautes-Alpes, de l’Aisne et de l’Aube.

Le Premier ministre a recommandé aux habitants des zones à risque à réduire leurs contacts sociaux (en limitant à six le nombre d’invités en cas de rassemblement privé) et à éviter les déplacements hors de son département.

Campagne vaccinale

Le gouvernement veut faire de ce week-end un pivot dans le déploiement de la vaccination avec l’ouverture de centres de vaccination supplémentaires dans les départements à risque. Ils seront accessibles aux plus de 75 ans et aux plus de 50 ans présentant une comorbidité. Le ministre de la Santé Olivier Véran «attend beaucoup» de cette opération même s’il reconnaît que «tout le monde ne pourra pas être vacciné ce week-end». Le ministre de la Santé a aussi voulu adresser un message ferme aux soignants. Il a annoncé qu’une lettre allait leur être envoyé, pour leur rappeler l’importance de la vaccination. Pour l’instant, le taux de soignants vaccinés dépasse à peine les 30 %. Le Premier ministre Jean Castex a appelé «solennellement» les personnels des résidences pour personnes âgées à se faire vacciner «très rapidement» pour permettre le retour d’une «vie sociale apaisée» dans ces établissements.

Olivier Véran a aussi appelé à de la «souplesse» dans la vaccination, afin que «les doses ne dorment pas dans les frigos». «La règle d’or c’est de ne jamais jeter du vaccin quand on peut vacciner quelqu’un», a-t-il déclaré. Le ministre laisse la fin de semaine aux médecins pour venir chercher les vaccins qui leur ont été livrés dans les pharmacies. Dès lundi, les fioles non réclamées pourront être utilisées par d’autres médecins, et bientôt par les pharmaciens. L’objectif est d’atteindre 20 millions de vaccinés à la mi-mai.

Lire la Suite de l'Article