Athlé - Dopage - Vers un report de l'audience pour empoisonnement dans l'affaire Boxberger

Il y a 1 semaine 9

Il ne devrait pas y avoir de nouvel épisode judiciaire à court terme dans l'affaire de dopage qui cerne Ophélie Boxberger. L'audience prévue jeudi à Montbéliard, où Alain Flaccus, accusé par l'athlète de lui avoir inoculé de l'EPO à son insu lors d'un stage estival à Font-Romeu, devait répondre « d'atteinte à l'intégrité physique par administration de substances nuisibles » sera très probablement repoussée à une date ultérieure.

D'abord parce que le tribunal a une audience trop chargée pour prendre le temps d'instruire un dossier lourd et complexe. Ensuite parce que les conseils d'Ophélie Boxberger courent toujours après une pièce qu'il juge essentielle, à savoir les confrontations des gardes à vue. Enfin parce que l'athlète a été hospitalisée pour remédier à un état physique et psychologique compliqué après des mois de bataille pour prouver son innocence. « La méchanceté et la bêtise de certains n'ont pas de limite » a-t-elle écrit dans un bref message sur les réseaux.

« Sur le fond c'est décevant, c'est frustrant quand on revendique une audience pure et simple, mais à un moment peut-être faut-il savoir tourner la page »

Son avocat maître Clauzon

Ophélie Boxberger a été condamnée le 7 avril 2021 à deux ans de suspension par la commission des sanctions, pour un contrôle positif le 18 septembre 2019, alors que l'AFLD en demandait huit. L'AFLD, très contrariée que la commission l'ait en grande partie déjugée, a depuis fait appel auprès du conseil d'état. Une procédure qui pourrait prendre plusieurs mois. Cet appel n'étant pas suspensif, elle devait reprendre la compétition en novembre, peut-être au cross d'Arnay-le-Duc (Côte-d'Or) sur les terres d'un de ses oncles qui l'a toujours beaucoup soutenu. « Ce qui m'embête c'est que je ne suis pas reconnue innocente », nous indiquait-elle il y a quelques jours.

Joint ce matin, un de son avocat maître Clauzon confirmait qu'il ne se rendrait pas à Montbéliard jeudi et s'interrogeait sur les suites éventuelles à donner : « Sur le fond c'est décevant, c'est frustrant quand on revendique une audience pure et simple, mais à un moment peut-être faut-il savoir tourner la page. L'essentiel sera peut-être d'être prêt à se défendre devant le conseil d'État. La commission a rendu une décision qui ressemble à une ouverture. Elle a bien vu qu'Alain Flaccus s'est pris les pieds dans le tapis quand il a témoigné, ça a été la bascule. C'est un rayon de soleil, à nous de faire en sorte qu'il brille le plus longtemps possible. »

OCB, qui n'a jamais cessé de s'entraîner, vise les Jeux de Paris 2024, sur marathon, une distance sur laquelle son père s'aligna à Los Angeles 1984.

publié le 4 mai 2021 à 11h11

Lire la Suite de l'Article