Paris-Caen : à peine livrés, les nouveaux trains posent déjà question

Il y a 1 semaine 22
SNCF

Jérémy Joly Publié le 13/01/2021 à 20h01

 à peine livrés, les nouveaux trains posent déjà question nobtis / Getty Images

Des passagers sont restés bloqués cinq heures entre Paris et Caen à bord des nouvelles rames Omnéo-Bombardier.

Les voyageurs normands vivaient déjà régulièrement un enfer sur les rails. En 2019, après plus de 1.000 heures de retard accumulé, la SNCF avait même choisi d’accorder une ristourne aux habitués du rail. Face à un problème clairement identifié, de nouvelles rames Omneo devaient apporter un début de solution. Mais, comme le détaille France 3 Normandie, ces nouveaux équipements semblent souffrir d’un problème relatif à l’alimentation électrique. Plusieurs pannes sont déjà survenues.

Les passagers partis de la gare Saint-Lazare à 16h59 le 12 janvier à bord du train 3319 en savent quelque chose. Ils sont finalement arrivés à 0h45, le 13 janvier, en gare de Caen. Soit cinq heures de retard ! Ceux qui se rendaient dans la Manche ont même été forcés de prendre des autocars pour continuer leur trajet. A l’origine de ces délais se trouverait un défaut sur les pantographes, l’élément qui permet l’alimentation électrique de ces trains fabriqués en France par Bombardier.

>> A lire aussi - Plainte contre la SNCF qui impose de cocher la case "M." ou "Mme"

L’association des Usagers du Paris-Caen-Cherbourg précise à France 3 qu’il ne s’agirait pas d’un incident isolé. "On a déjà été alertés par les cheminots inquiets après la même panne de pantographe qui s'est produite il y a peu de temps, entre Paris et Le Havre, le 1er octobre 2020. L'incident d'hier vient le confirmer. Il y a visiblement un défaut sur les Omnéo et leur alimentation électrique. Je vais écrire tout de suite au Président de Région, Hervé Morin, pour qu'il demande des comptes à Bombardier et une solution pour ces pantographes défaillants."

>> A lire aussi - SNCF : les réservations pour les vacances de Pâques sont ouvertes !

En juillet dernier, Hervé Morin, le président de la région Normandie avait déjà engagé une procédure contre SNCF Réseau à cause des retards et suppressions à répétition. Il avait aussi suspendu ses paiements. Le 4 janvier, à l’occasion de ses vœux dans le Cotentin, il avait rappelé l’importance des investissements pour le train en Normandie : 2 milliards d’euros. "Jamais nous n'avions dépensé autant d'argent pour le train en Normandie, jamais".  Celui qui voulait sortir la Normandie du "Moyen-âge ferroviaire" a déjà dénoncé les retards de livraison de Bombardier pour les rames Omnéo. Ces nouvelles accusations ne devraient pas améliorer la situation.

Lire la Suite de l'Article