Les négociations post-Brexit dans l’impasse : Boris Johnson et Ursula von der Leyen attendus à la rescousse

Il y a 1 mois 274
International Brexit

Après une semaine infructueuse de négociations, Britanniques et Européens ont décidé de faire une « pause ». Ils comptent désormais sur le premier ministre britannique et la présidente de la Commission européenne pour débloquer la situation.

Michel Barnier, à Londres, le 30 novembre 2020. Michel Barnier, à Londres, le 30 novembre 2020. SIMON DAWSON / REUTERS

Les négociateurs britanniques et européens ont décidé, vendredi 4 décembre, de faire une « pause » dans les pourparlers post-Brexit après une semaine infructueuse à Londres. Ils comptent sur le premier ministre Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, pour débloquer la situation.

« Les conditions d’un accord ne sont pas réunies, en raison de divergences importantes », ont affirmé dans des communiqués similaires le négociateur de l’Union européenne, Michel Barnier, et son homologue britannique, David Frost. « Nous sommes convenus de suspendre les discussions », ont-ils ajouté. « La présidente von der Leyen et le premier ministre Johnson discuteront de l’état des lieux demain après-midi. » Selon une source européenne, le coup de fil est programmé à 17 h 30 (heure française).

Les négociateurs affirment que les trois mêmes points bloquent toujours la conclusion d’un accord : l’accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques, les garanties réclamées à Londres en matière de concurrence et la manière de régler les différends dans le futur accord.

M. Barnier, qui était à Londres depuis le début de la semaine, doit rentrer à Bruxelles. Les Européens ont pour objectif de conclure un accord avant la fin du week-end, condition pour qu’il soit ratifié à temps par le Parlement européen afin qu’il entre en vigueur le 31 décembre. A cette date, les Britanniques, qui ont officiellement quitté l’UE le 31 janvier 2020, cesseront d’appliquer les normes européennes.

Veto français ?

Sans accord pour régir leur relation à l’avenir, le Royaume-Uni et l’UE échangeront selon les règles de l’Organisation mondiale du commerce, synonymes de droits de douane ou de quotas, présentant le risque d’un choc économique s’ajoutant à celui créé par la pandémie de Covid-19.

La France a prévenu vendredi matin qu’elle n’hésiterait pas à mettre son veto si le texte ne lui convenait pas, en particulier s’il menaçait l’avenir de ses pêcheurs. « S’il y avait un accord qui n’était pas bon (…), nous nous y opposerions », a dit le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune, sur Europe 1. Avec un veto ? « Oui. Chaque pays a le droit de veto », a-t-il averti, répétant que le risque d’un non-accord « existe » et qu’il « faut s’y préparer ». Ce coup de pression sur les négociations traduit l’inquiétude croissante de Paris de voir l’UE accorder trop de concessions aux Britanniques par crainte d’un « no deal ».

Selon un diplomate européen, cette appréhension est partagée par d’autres capitales, comme Rome, Madrid, Bruxelles et Copenhague. « Nous ne voulons pas nous enfermer dans une relation déséquilibrée pour les décennies à venir », explique-t-il.

Signe des divergences qui gagnent les Etats membres, plusieurs sources européennes affirment à l’inverse que l’Allemagne, qui occupe la présidence tournante de l’UE, et la Commission européenne poussent pour obtenir un accord.

« L’Union a fait les gestes nécessaires »

« Il y a des lignes rouges, mais il y a malgré tout toujours de la marge pour des compromis », a affirmé le porte-parole d’Angela Merkel, assurant cependant que son pays n’accepterait pas d’accord « à n’importe quel prix ». « Nous allons tenir bon jusqu’au dernier moment, la dernière seconde de ce processus, pour garantir l’unité entre nous », a assuré le président du Conseil européen, Charles Michel.

Les Etats membres prendront position « en fonction de ce qui est sur la table », a-t-il insisté. Un sommet européen réunissant en personne les dirigeants des Vingt-Sept est prévu les 10 et 11 décembre à Bruxelles.

« L’Union a fait les gestes nécessaires pour arriver à un compromis. Il revient aux Britanniques de faire un mouvement suffisant pour aboutir à un accord », a pour sa part plaidé la porte-parole du Quai d’Orsay, Agnès von der Mühll. « C’est le moment de vérité pour Johnson » a commenté Nigel Farage, l’europhobe britannique qui a joué un rôle déterminant dans le Brexit.

La pêche apparaît depuis le début des discussions comme un sujet aussi symbolique qu’explosif pour une poignée d’Etats membres, France et Pays-Bas en tête. Le Premier ministre français, Jean Castex, a d’ailleurs rappelé jeudi que la pêche française ne pouvait pas être « sacrifiée comme variable d’ajustement » dans les négociations.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Brexit : Londres joue la montre, Bruxelles s’impatiente

Le Monde avec AFP

Contribuer

Services

Lire la Suite de l'Article