Le Mississippi toujours pas remis de la tempête hivernale

Il y a 1 mois 29

Trois semaines après la vague de froid qui a touché le sud des États-Unis, une partie des habitants de Jackson, la plus grosse ville du Mississippi, vit encore sans eau courante.

Touché de plein fouet par la tempête hivernale de la mi-février et par une vague de froid sans précédent, le Mississippi, et en particulier la plus grosse ville de l’État, Jackson, dont 80 % des habitants sont africains-américains et dont plus d’un quart vit au-dessous du seuil de pauvreté, n’est toujours pas tiré d’affaire.

L’eau courante n’y a en effet pas été rétablie, et la majorité des écoles y reste fermée. Pour les habitants, souligne NBC News, la vie quotidienne est un véritable cauchemar.

Infrastructures délabrées

“On ne peut pas se laver, on ne peut pas cuisiner, on ne peut pas faire la vaisselle ni la lessive, c’est affreusement compliqué”, confie, désespéré, le député local Ronnie Crudup qui vit dans le sud de la ville avec sa femme et deux de ses petits-enfants âgés de 9 et 10 ans.

Il est loin d’être le seul, les autorités locales estiment à “40 000 le nombre de résidents de Jackson toujours privés d’eau courante” et dépendants de la distribution de bidons d’eau potable pour vivre.

La vague de grand froid inhabituel de la mi-février a dévoilé au grand jour l’état de délabrement des infrastructures et des services publics de la ville, notamment ses canalisations d’eau, mais également son réseau électrique et Internet.

Comme le souligne le député Ronnie Crudup, “le délabrement des infrastructures est un problème historique, et les équipes municipales qui se sont succédé ont toujours fermé les yeux. Aujourd’hui, nous payons le prix de cette négligence.”

Cette crise de l’eau potable à Jackson n’est pas sans rappeler celle de la ville de Flint, dans le Michigan, note NBC News. Une ville qui a fait face en 2014 à une contamination de l’eau par le plomb et dont les habitants, qui ont perdu toute confiance dans les pouvoirs publics, n’ont pas eu accès à une eau potable de qualité jusqu’en 2019.

Lire la Suite de l'Article