La disparition de l’étudiante Diary Sow à Paris bouleverse le Sénégal

Il y a 1 mois 34

À la rentrée, la jeune et brillante étudiante sénégalaise Diary Sow n’est jamais arrivée jusqu’à sa salle de classe préparatoire du prestigieux lycée Louis-le-Grand. Les Sénégalais du pays et de la diaspora se mobilisent.

“Diary, le mystère”, titre le journal sénégalais Enquête. C’est le 4 janvier, jour de rentrée scolaire au lycée Louis-le-Grand, à Paris, que Diary Sow a cessé de donner de nouvelles à ses proches. L’absence de la jeune Sénégalaise de 20 ans, décrite comme sérieuse et assidue, a rapidement inquiété les professeurs de la prestigieuse classe préparatoire.

Depuis dix jours, à Paris, la communauté sénégalaise s’est mise en action. Des flyers ont été distribués dans le XIIIe arrondissement, où résidait Diary Sow, nous rapporte le quotidien de Dakar Le Soleil, tandis qu’au Sénégal, l’absence de “la meilleure élève du pays” est devenue une préoccupation nationale et fait les gros titres de la presse.

Un parcours modèle

La souffrance des parents de Diary Sow, qui se sont récemment exprimés dans Le Quotidien, est partagée par beaucoup de Sénégalais. Alors que sur Twitter, les internautes clament Bring back our daughter, Diary Sow [“Ramenez notre fille, Diary Sow”], et partagent des photos d’elle, chacun tente de se mobiliser à sa manière.

Pour tenter de retrouver Diary Sow, une distribution de flyers est prévue dans les rues du 13e arrondissement de Pris. Rendez-vous demain 10 janvier à François Mitterand sur le quai du métro 14 à 09h45. Merci de contacter au 07 51 17 71 53. Faites tourner svp. #RetrouvonsDiarySow pic.twitter.com/sT5MhoIsQm

— Pape D. (@papedemba_d) January 9, 2021

D’anciens élèves sénégalais de classe préparatoire ont adressé une lettre à Diary Sow, citée par le journal Dakar Actu :

Dix jours que tu es absente chère Diary, dix jours d’inquiétudes, dix jours de questionnements. Nous avons ainsi voulu t’écrire, Diary, pour partager avec toi nos expériences et te dire que tout va bien se passer. Nous avons tant douté, nous avons été au plus bas pour différentes raisons mais nous sommes là, debout et fiers de nos parcours et des personnes que nous sommes aujourd’hui”.

La jeune femme n’est pas tout à fait une étudiante comme les autres. Grâce à ses brillants résultats, la jeune fille avait obtenu une bourse pour étudier la physique chimie en France. Son parcours avait été érigé en modèle dans son pays, en particulier pour les jeunes femmes.

Aucune piste sérieuse n’a pour l’instant été dégagée par les enquêteurs. Mais celle de la détresse psychologique, renforcée pour nombre d’étudiants par la crise sanitaire, n’est pas écartée.

Pauline Le Troquier

Lire la Suite de l'Article