Huawei aurait bien déposé un brevet pour une technologie d’identification des Ouïgours

Il y a 1 jour 17
AccueilMonde

Huawei a assuré n'avoir jamais eu comme objectif d'identifier des Ouïgours.

Huawei a assuré n'avoir jamais eu comme objectif d'identifier des Ouïgours. — Geeko

Huawei aurait bien déposé en juillet 2018 une demande de brevet concernant un outil numérique permettant de repérer des Ouïgours parmi des passants, comme l’avait révélé le Washington Post en décembre dernier. Après la parution de cet article, l’entreprise avait pourtant démenti. Un porte-parole du géant chinois cité par la BBC a été contraint de revenir sur ces déclarations en indiquant que « des mesures actives avaient été prises pour modifier » le brevet.

Ce dernier a été déposé en collaboration avec le gouvernement chinois mais a été repéré par IPVM, spécialiste américain des informations relatives à la vidéosurveillance. L’outil en question utilise l’intelligence artificielle et l’apprentissage profond pour repérer chez les piétons des caractéristiques physiques particulières. Dans la liste de celles-ci figure l’ethnicité des personnes filmées.

Critiqué, Huawei se défend

Le document officiel précise ainsi que l’outil peut par exemple repérer une personne du groupe ethnique Han, le plus répandu en Chine, ou Ouïgour. « Identifier l’origine ethnique des individus n’a jamais été l’objectif de ce projet de recherche et développement, a affirmé Huawei. Ça n’aurait jamais dû faire partie de l’outil ».

Les défenseurs des droits humains critiquent depuis longtemps la politique de la Chine en matière de vidéosurveillance. « Une des demandes techniques du ministère chinois de la Sécurité publique est que le réseau de caméras puisse détecter les origines ethniques, et particulièrement les Ouïgours », a dénoncé Maya Wang, membre de Human Rights Watch.

Chinese police *requires* video surveillance system to detect ethnicity. These systems are designed to abuse rights, including those of Uyghurs. The only right thing to do? Stop selling + maintaining these systems for Chinese police. https://t.co/JzJVBHPv4L

— Maya Wang 王松莲 (@wang_maya) January 13, 2021

« La persécution et l’intense discrimination des Ouïgours dans de nombreux domaines en Chine ne sont pas contestées car les Ouïgours n’ont aucun pouvoir en Chine », regrette-t-elle. IPVM indique que d’autres entreprises chinoises spécialisées dans le numérique, dont Megvii, ont elles aussi enregistré des technologies de détection automatique des membres de groupes ethniques minoritaires.

Lire la Suite de l'Article