En Italie, Matteo Renzi plonge le gouvernement dans la crise

Il y a 1 semaine 16
Politique.
Le leader d’Italia Viva, Matteo Renzi, en conférence de presse à Rome, en Italie, le 13 janvier 2021.  PHOTO /Alberto Pizzoli/Pool via REUTERS

Mercredi 13 janvier, l’ancien président du Conseil, leader d’un parti allié au gouvernement de Giuseppe Conte, a annoncé que ses ministres allaient quitter l’exécutif. Une décision qui remet en question le fragile équilibre de la majorité.

Le moment tant redouté est enfin arrivé. Ce mercredi 13 janvier, une crise de gouvernement s’est officiellement ouverte en Italie, après la déclaration de Matteo Renzi, leader du parti Italia Viva, qui a annoncé que les ministres de son parti allaient démissionner.

Cette rupture de l’alliance de gouvernement entre le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), le Parti démocrate (PD, centre gauche) et Italia Viva (centre) remet possiblement en cause la majorité du gouvernement au Parlement. En effet, les voix des sénateurs fidèles à Renzi sont essentielles pour que l’exécutif dispose d’une majorité absolue à la chambre haute qui puisse voter ses lois. Sans celle-ci, le spectre d’élections anticipées pourrait se rapprocher dangereusement, dans un pays encore largement menacé par la pandémie.

Pourquoi cette crise a-t-elle éclaté ?

Comme l’expliquait aujourd’hui le quotidien centriste Corriere della Sera, “le plan de gestion des ressources du plan de relance européen a mis le feu aux poudres”. En effet, les propositions d’Italia Viva pour l’améliorer n’auraient pas été prises en considération par le président du Conseil, Giuseppe Conte. Et Matteo Renzi a donc décidé de quitter la majorité.

Désormais, plusieurs scénarios se profilent, analyse la presse italienne, qui juge pour l’instant improbable un retour aux urnes à court terme. “Giuseppe Conte est déjà parti à la chasse aux sénateurs ‘responsables’ qui pourraient lui permettre de créer une majorité alternative”, croit savoir le journal de centre gauche La Repubblica. Un scénario qui pourrait permettre au président du Conseil de rester en place, probablement en changeant quelques hommes au sein de son gouvernement.

Conte I, Conte II et bientôt Conte III ?

C’est déjà ce qui s’était passé il y a un peu moins d’un an et demi, lorsque Giuseppe Conte avait survécu à la crise de gouvernement enclenchée par Matteo Salvini à l’été 2019. Le président du Conseil avait alors complètement chamboulé la coalition qui le soutenait en passant d’un gouvernement appuyé par la Ligue (extrême droite) et le M5S à un exécutif PD-M5S-Italia Viva. Peut-être Giuseppe Conte dépassera-t-il cette crise en créant – encore une fois – une nouvelle majorité tout en restant à son poste.

Lire la Suite de l'Article