Coronavirus : Tour de vis à la cantine, fini le sport en intérieur… Ce qui change dans les écoles

Il y a 23 heures 9
AccueilSociété

Dans une cantine d'école dans les Alpes-Maritimes.

Dans une cantine d'école dans les Alpes-Maritimes. — SYSPEO

C’était l’un des effets marquants du premier confinement : la fermeture des écoles. Le gouvernement ne veut pas en arriver là à nouveau, comme il l’a indiqué jeudi en présentant de nouvelles mesures pour endiguer l’épidémie de coronavirus. « Nous sommes convaincus qu’il faut maintenir ouvertes les écoles. C’est essentiel quand on mesure les avantages et les inconvénients », a ainsi déclaré le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer. Mais si « la circulation du virus reste relativement maîtrisée », de nouvelles restrictions vont entrer en vigueur, notamment pour endiguer l’arrivée du variant britannique, qui pourrait toucher davantage les plus jeunes.

En premier lieu, la formule hybride, qui permet une alternance entre présentiel et distanciel pour les cours, est maintenue dans les lycées au-delà du 20 janvier, a dit le ministre. En ajoutant qu’une « vigilance » sera apportée aux élèves de terminale, qui doivent être prioritaires pour aller dans les classes. Pour le collège, le mode hybride sera possible au « cas par cas », pour les élèves de 4e et de 3e.

Tour de vis à la cantine

Considérées par les autorités comme le « maillon faible » de l’organisation de la journée des élèves, les cantines scolaires vont voir leurs règles renforcées. Dans le primaire notamment, les enfants d’une même classe devront déjeuner chaque jour de la semaine ensemble, à la même table. Les horaires de service des repas seront allongés, a aussi indiqué Jean-Michel Blanquer. Et en « dernier recours », la solution de repas à emporter pourra être envisagée. Il faut agir « au cas par cas », a encore insisté le locataire de la rue de Grenelle.

Par ailleurs, les activités sportives en extérieur, scolaires et extrascolaires, ne pourront plus avoir lieu. Elles sont suspendues « pour quelques semaines probablement », selon Jean-Michel Blanquer.

Enfin, sur la question des tests, le gouvernement veut accélérer. Il vise un million de tests pour les élèves et les personnels en janvier. Et « chaque fois qu’il y aura trois cas [dans un établissement], une équipe de dépistage pourra venir sur place ».

Lire la Suite de l'Article