Coronavirus : couvre-feu à 18h ou à 20h, qu'est-ce que ça change ?

Il y a 1 jour 9

Le Premier ministre Jean Castex s'adresse de nouveau aux Françaises et aux Français jeudi 14 janvier dans le cadre de sa conférence de presse hebdomadaire. Un durcissement des mesures semble acquis, mais lesquelles ? Pour tout le territoire ? Pour certains départements ? Tentons de comprendre quelles mesures semblent a priori les plus efficaces.

Commençons par les effets du couvre-feu. Santé Publique France a réalisé une étude sur les premiers couvre-feux du mois d’octobre, là où l’épidémie avait flambé après la rentrée de septembre. Résultat, 7 à 10 jours après la mise en place des mesures, les chiffres se sont améliorés : - 23% pour le taux d'incidence, puis - 47% la semaine suivante ; - 7% puis - 25% pour les admissions à l'hôpital.
 
Un autre chercheur à Montpellier a modélisé les effets du couvre-feu, il permettrait de faire baisser le taux de reproduction du virus de 0,3 point. Il est en ce moment autour de 1. Là encore, ce serait un effet important. 

18h ou 20h, qu'est-ce que ça change ?

Autre question centrale en ce début d'année : avancer le couvre-feu de 20h à 18h, est-ce que cela a un impact ? Toujours selon ce chercheur, cela permettrait de faire baisser le R de 0,1 point supplémentaire, donc passer de 1 à 0,6. Dans ces cas-là, les courbes changent de sens. Voilà pour la théorie. En pratique, les mesures prises depuis le 2 janvier dans plusieurs départements n’ont pas encore d’effet spectaculaire partout.


Selon les premiers calculs de CovidTracker, en moyenne, le nombre de nouveaux cas positifs monte moins vite qu’ailleurs. Dans le détail, l’incidence baisse dans deux ou trois départements, dans certains, comme les Alpes-Maritimes, les chiffres se sont dégradés. Ailleurs, la situation s’est stabilisée. Mais question : que se serait-il passé sans cette mesure ?

Le confinement, mesure la plus efficace

Place au confinement total ou partiel. Le confinement total est clairement LA mesure la plus efficace, mais aussi la plus dure, on l’a vu en mars dernier. Le R était passé de 3 à 0,7 en quelques semaines. Un confinement partiel, uniquement le week-end, a porté ses fruits en Guyane, tout en permettant de laisser les écoles ouvertes.

Dans tous les cas, ce qu’il faut avoir en tête, c’est aussi et surtout, à quel moment la décision est prise. Plus elle est tardive, plus les effets sont longs à se faire sentir. Plus elle est précoce, plus elle est courte.

Lire la suite

Lire la Suite de l'Article