Au Malawi, une cagnotte lancée par un écrivain donne de l’air face au Covid-19

Il y a 1 semaine 10
Solidarité.
Un vendeur dans les rues de Lilongwe, le 18 mai 2020. PHOTO / AMOS GUMULIRA / AFP

Frappé par une deuxième vague violente de Covid-19, le Malawi manque d’oxygène pour ses patients. Un poète a donc lancé une cagnotte afin d’équiper les hôpitaux. Résultat : depuis un mois, les fonds affluent de tout le pays et d’ailleurs.

Voilà un mois que le poète et écrivain Onjezani Kenani s’évertue à recenser quotidiennement les dons qui arrivent sur sa plateforme destinée à aider les hôpitaux du Malawi face au Covid-19. Il poste également la facture de chaque commande passée grâce aux fonds. Question de transparence : “Nous rendrons compte de chaque centime”, avait-il assuré en lançant sa cagnotte. Son initiative est devenue un phénomène en quelques jours. Un mois après le lancement, plus de 200 000 dollars ont été récoltés dans tout le pays et au-delà.

L’histoire commence mi-janvier. Le Malawi est frappé par une nouvelle vague de Covid-19, emmenée par le variant identifié en Afrique du Sud. En quelques semaines, deux ministres décèdent, ainsi que cinq membres du Parlement, des intellectuels de renom et “probablement le plus grand talent musical du pays, Wambali Mkandawire”, rappelle l’hebdomadaire de Johannesburg Mail & Guardian. Dans ce territoire parmi les plus pauvres du monde, les hôpitaux n’ont pas les moyens de faire face. Certains établissements lancent donc des appels à l’aide dans la presse pour trouver de l’oxygène. Des patients font de même sur les réseaux sociaux.

Parmi eux, le Dr Paul Msoma écrit sur Facebook le 13 janvier :

SOS ! À l’hôpital, diagnostiqué positif au Covid. Le personnel de l’hôpital est merveilleux. Je vois la douleur dans leurs yeux. Oui, ils ont des bouteilles d’oxygène, mais ils ne peuvent pas me relier à l’oxygène dont j’ai besoin parce dans tout KCH [Kamuzu Central Hospital, dans la capitale, Lilongwe], il n’y a pas de régulateur de pression d’oxygène. Ma situation empire, j’ai désespérément besoin d’oxygène. Tous ceux qui sont en mesure d’aider, s’il vous plaît, s’il vous

[...]

Mathilde Boussion

Cet article est réservé aux abonnés

Pour lire les 75% restants

Lire la Suite de l'Article